Chers frères et sœurs, ami(e)s du Christ toujours vivant ,
 
Le temps fort de carême touche à sa fin , bientôt la célébration de l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem et de sa glorieuse Passion de Résurrection , la fête de Pâques est à la porte . Par sa Passion et sa Résurrection Jésus transforme nos fatigues et nos agonies en prière confidentielle ,en contemplation de son amour et son amitié avec le Père céleste . Peut-être c'est l'occasion de suivre le disciple bien-aimé , celui-là même qui pencha sur la poitrine de Jésus à la dernière Cène au Cénacle de Jérusalem.
 
Qui est le disciple bien-aimé ? La réponse ressemble à une tautologie c'est « le disciple que Jésus aimait » dans la lecture de l'Évangile de Jean . L'auteur voudrait mettre mettre  en valeur l'anonymat de ce disciple qui est l'un des disciples de Jésus . Le texte ne permet pas d'identifier « le disciple que Jésus  aimait » avec les trois autres disciples anonymes présents  dans l'Évangile :
(a) l'un des deux premiers disciples ( 1,37-40 ) ;
(b) un autre disciple connu du grand prêtre pendant la Passion de Jésus ( 18 ,15-16 ) ;
(c) l'un des témoins anonymes de la pêche miraculeuse au lac de Tibériade ( 21,2 ) .
 
Il est souvent appelé « le disciple bien-aimé » . Mais cette brève appellation occulte sa véritable identité . L'auteur propose de respecter le texte en l'appelant : « le disciple que Jésus aimait » pour trois raisons :
(a) le nom de Jésus apparaît toujours dans la désignation de ce disciple . C'est l'amour et l'amitié de Jésus qui deviennent  pour lui son nom  et son identité . Cet amour est exprimé par les deux verbes agapaô ( aimer ) en 13,23 ; 19 , 26 ; 21 , 7.20 ; et philéô ( aimer d'amitié ) en 20,2 . Non seulement l'appellation « disciple bien-aimé » ne dit pas de qui est aimé ce disciple , mais l'adjectif agapethos « bien -aimé » lui-même ne se trouve pas dans le texte .
(b) À travers ce disciple , Jésus offre son amour et son amitié à tous les disciples , puisque Jésus aime les siens jusqu'à la fin ( 13 ,1b) et les appelle ses amis ( 15,15b) .
(c) L'appellation « le disciple bien-aimé » met l'accent sur le disciple , tandis que la formule johannique se focalise sur Jésus : « le disciple que Jésus aimait » .
 
Étant donné le caractère symbolique  de ce disciple , le lecteur est invité à vivre pleinement l'amour et l'amitié de Jésus . L'Évangile présente au lecteur ce disciple comme une figure idéale par le témoignage de son intimité ( 13,23a) , de sa foi en Jésus ( 20,8b ) et de son identification immédiate du Ressuscité ( 21 ,7) . Ce disciple demeure présent jusqu'au retour de Jésus ( 21 ,22 ) à travers son témoignage ( 19 , 35 ; 21 , 24a ) et ses écrits( 21,24b) . Tout lecteur est invité donc à lire l'Évangile à l'état final du texte par le don total de soi-même . Ainsi il peut découvrir le parcours exemplaire de ce disciple , puis s'identifier à lui pour devenir un vrai disciple de Jésus par sa Passion-Mort-Résurrection .
 
Bonne Semaine Sainte !
 
In Christo , abbé Justin-Marie Mambunzu -Ngombo